ANGE | Ancrage Numérique dans la Gouvernance des Etablissements

 

Home  /  Art in school

Art in school

Résumé

Le numérique a modifié la rencontre sensible avec les œuvres d’art. Ces technologies, disponibles dans les poches des élèves, ont modifiées jusqu’à l’enseignement des arts plastiques eux-mêmes.

Description

Dans le premier temps de l’expérimentation, la réflexion a porté sur l’usage des tablettes : travailler et expérimenter, dessiner et peindre avec elles, produire et étudier la photographie, le photomontage, la vidéo, etc. L’usage des tablettes pour peindre et dessiner a fait apparaitre un effet très positif chez les élèves en difficulté dans une pratique plus traditionnelle avec crayons et pinceaux.

Désinhibés par l’outil, encouragés par leurs résultats, ces élèves ont pu déployer leurs capacités créatrices. Ils se sont exprimés avec plaisir dans des pratiques qu’ils craignaient ou refusaient jusqu’alors. L’usage de la tablette a révélé d’autres potentiels dans le cadre des sorties pédagogiques : il devenait possible de dessiner devant une œuvre et de la travailler concrètement, tactilement (dans le musée, crayons, feutres, pire encore peinture, étaient absolument proscrits par souci de préservation).

Les tablettes ont aussi montré leur utilité dans le travail collaboratif en classe. C’est lorsque les élèves ont commencé à demander l’autorisation pour photographier leurs réalisations avec leurs téléphones portables personnels, en fin de séquence, qu’est né le questionnement sur les BYOD (Bring Your Own Device). L’usage des appareils personnels des élèves allait dans le sens de l’appropriation et ouvrait des pistes. Mais il ne fallait pas créer d’inégalités.

Cette expérience a engendré une nouvelle dynamique pour faire émerger une ClasseLab, c’est-à-dire une classe où l’on peut à la fois partager, échanger, expliciter les savoirs et savoir-faire acquis, et où l’on peut pratiquer les arts plastiques avec ou sans le numérique. Un nouvel espace avec une nouvelle ergonomie pour pratiquer et apprendre a été pensé et mis en œuvre de façon progressive.

Modalités de mise en œuvre

  • Lister les équipements des élèves et les types de smartphones disponibles
  • S’assurer qu’on a du WiFi et sécuriser la connexion
  • Expliquer le projet aux familles
  • Chercher des applications, identifier les usages possibles
  • Prêter des tablettes aux non équipés
  • Prévoir un système de récupération des travaux (NAS, serveur, ENT)
  • Laisser les élèves organiser l’espace classe, modifier la disposition du mobilier (poufs, fauteuils, tables basses, tabourets, tréteaux, plateaux, etc.) selon leurs besoins
  • Prévoir des temps de mise en commun, de débat pour analyser les productions plastiques.
  • Enfin vient le temps de l’apport culturel en montrant des références (œuvres de choisies au regard de la problématique du cours). Celles-ci sont vidéoprojetées et/ou accessibles via QR Codes.
  • Mettre en place de l’auto-évaluation ou de l’évaluation par les pairs.

Les effets

L’attention des élèves et leur implication dans les pratiques sont augmentées, là où l’on pouvait imaginer et craindre qu’ils iraient faire autre chose sur leurs téléphones portables. Le fait qu’ils puissent choisir la posture physique qui convient à ce qu’ils sont et à ce qu’ils font produit un engagement et une efficacité remarquables pendant les séances.

Les enseignants doivent travailler sur les représentations du métier et de la classe. Ils se surprennent encore parfois à se demander s’il faut accepter qu’un élève soit allongé sur un canapé pour travailler. Mais les bons résultats observés les confortent. Faire confiance est une étape nécessaire.

L’établissement rayonne dans sa Ville, met en place des partenariats avec les structures culturelles de proximité.

Le climat scolaire s’améliore : émergence d’un enthousiasme et d’une confiance offre un confort d’apprentissages pour les élèves et un confort de travail pour les enseignants.

Sorry, the comment form is closed at this time.

Contact the property

You don't have permission to register